mardi 31 mars 2015

Eloge de l'ombre




« Car un laque décoré à la poudre d’or n’est pas fait pour être embrassé d’un seul coup d’œil dans un endroit illuminé, mais pour être deviné dans un lieu obscur, dans une lueur diffuse qui, par instants, en révèle l’un ou l’autre détail, de telle sorte que, la majeure partie de son décor somptueux constamment caché dans l’ombre, il suscite des résonances inexprimables.
De plus, la brillance de sa surface étincelante reflète, quand il est placé dans un lieu obscur, l’agitation de la flamme du luminaire, décelant ainsi le moindre courant d’air qui traverse de temps à autre la pièce la plus calme, et discrètement incite l’homme à la rêverie. N’étaient les objets de laque dans l’espace ombreux, ce monde de rêve à l’incertaine clarté que sécrètent chandelles ou lampes à huile, ce battement du pouls de la nuit que sont les clignotements de la flamme, perdraient à coup sûr une bonne part de leur fascination. Ainsi que de minces filets d’eau courant sur les nattes pour se rassembler en nappes stagnantes, les rayons de lumière sont captés, l’un ici, l’autre là, puis se propagent ténus, incertains et scintillants, tissant sur la trame de la nuit comme un damas fait de ces dessins à la poudre d’or. »


Eloge de l'ombre 
Junichirô Tanizaki
Editions Verdier



mercredi 25 mars 2015

Traversée du Laos (par l'intérieur)





Quand je voyage, je ne fais pas de carnet de voyage. C'est parce que je ne veux pas m'arrêter, et puis, par paresse, sûrement. Mais j'engrange des milliers de photos, de façon boulimique et incontrôlable ? Ce que mon œil n'a pas vu, l'appareil l'a capturé pour moi, et lorsque je serai chez moi, immobile, alors, je verrai chaque détail, mieux ? Non, sûrement non...








Dans l'enceinte d'une pagode, un moine bouddhiste étudie, entouré de chats et d'un chien, sur un transat.


Derrière lui, les patines de moisi témoignent du temps, ce temps humide qui ronge même les murs.



Puis ...






Enfin :













mardi 17 mars 2015

Découvertes du mois : mars 2015



Souvent je peste contre les sujets "à la mode. Les sujets "de rue" sont particulièrement prisés du grand public, on retrouve les ingrédients bluffants habituels : rapidité d'exécution, lecture simplifiée des ombres et des lumières, perspectives sans surprise.

Mika Toronen (clic) en est un exemple brillant









Shirley TREVENA(clic) n'est pas une "découverte" mais elle fait partie des artistes qu'il ne faut pas hésiter à voir et à revoir...parce que ce type d'artiste est rare...




https://www.youtube.com/watch?v=IuEoNpmHgyk







Un autre alien dans la famille "aquarellistes"
William DUBIN(clic)



Bonne balade dans leurs sites ;)

dimanche 8 mars 2015

Grenouilles à la chinoise avec Lian Quan Zhen et les élèves de Montaigut


Voici un exercice ludique et facile à réaliser 






A Montaigut nous, on l'a fait ;)




On a mis des grrrrrrrrrrands tabliers ............(enfin surtout grands pour Marie Jo ;)






On a fait gicler les jus d'aquarelle partout partout ....





Et même ... on a mis les doigts dedans ..oui, on l'a fait.




Même Liliane, la chef ;))



ou Christiane, que j'appelle Françoise et qui se balade à Bouconne quand moi j'y vais, c'est dingue !


même Yvette



même Pauline ;)














mercredi 4 mars 2015

Les hortensias de Puits d'eau



"En février reste circonspect" sera notre devise d'atelier pour 2015 ! En espérant qu'en mai chacun fera vraiment ce qui lui plaît !

Pour ce travail, nous sommes partis d'une photo en noir et blanc. Je veux voir un peu où en sont les élèves, ce qu'ils ont retenu des différentes techniques abordées, comment chacun peut y puiser ou pas encore, des outils pour exprimer, chacun à sa manière, sa personnalité...





















Lents, rapides, brouillons ou hyper précis, ayant saisi les subtilités des mélanges eau/ pigments ou pas encore tout à fait, chacun avance à son rythme, imposant sa palette et sa gestuelle.