samedi 5 décembre 2020

Karpinska Ewa

 

Ewa ... "l'aquarelle ...c'est la seule des techniques picturales qui est dotée de son énergie propre".

"on obtient ...des fusions ...en collaborant avec l'eau"








Morelle Jean-Louis

 

En 1999 Fleurus publie "l'eau créatrice" et l'aquarelle ne sera plus tout à fait comme avant...








samedi 10 octobre 2020

ATELIER OUVERT à COLOMIERS

 

Aujourd'hui c'est le jour de la Santé mentale et demain les Portes ouvertes des ateliers d'artiste, alors si vous voulez venir voir mon travail demain vous ferez d'une pierre deux coups ! Envoyez-moi un message par SMS pour prendre rendez-vous !!


06 13 57 36 91




dimanche 30 août 2020

Transparence de l'aquarelle et jus de chaussettes

 

Ça fait un petit moment que je n'avais pas jeté de pavé dans la grande mare de l'aquarelle amateure, alors je me suis dit que ça pouvait être bien de faire quelques petits rappels- qui n'engageront que moi-. 

Je vois beaucoup d'aquarelles qui circulent sur le web, à notre époque où tout un chacun peut demander implicitement à de grandes firmes de stockage de données de conserver précieusement leurs "œuvres" publiées sur le web,il faut bien le dire: on voit tout et n'importe quoi. Tant et si bien que les critères d'appréciation -toujours très troubles et très circonstanciés- sont de plus en plus flous. 

Nonobstant, il est bon de rappeler que la transparence de l'aquarelle n'a rien à voir avec ces espèces de jus de chaussettes à propos desquels nombre d'aquarellistes en devenir semblent s'extasier.

Oui, on peut faire plus que trois glacis sur une aquarelle sans boucher celle-ci.

Non, une aquarelle transparente n'est pas une aquarelle de tons clairs.

Oui, on peut multiplier les coups de pinceaux sur une aquarelle.

Non, une belle aquarelle n'est pas forcément "légère" ni "vite faite".

Oui, on a le droit d'aimer des petites aquarelles sans prétention.

Non, je ne renoncerai pas à en demander davantage à un/e aquarelliste digne de ce nom.

Oui, on peut se faire plaisir en publiant sa modeste production.

Non, je ne renoncerai pas à exiger la qualité pour les expositions.

Je pense qu'on manque, comme à la fin du XIXème siècle, toujours très cruellement de culture picturale en aquarelle. Rares sont les personnes qui cherchent à bien connaître leur matériel: le broyage des pigments, les propriétés des liants, la particularité de la fabrication des papiers etc...

Rappelons donc que la TRANSPARENCE de l'aquarelle c'est la capacité plus marquée de certains types de pigments à laisser la lumière se répercuter sur le blanc du papier. Une aquarelle faite avec des tons foncés peut donc (et je dirais même doit) être tout aussi transparente qu'une aquarelle de tons clairs.

Densifier un pigment dans l'eau de façon à rendre le mélange eau/pigment crémeux n'est pas interdit.

Ce qu'on appelle parfois "gouacher" c'est épaissir le pigment jusqu'à le rendre opaque. Cela peut aller parfois jusqu'à former une pellicule brillante sur le papier comme si on avait posé le pigment tout droit sorti du tube. Que cette pratique soit admise ou non, j'aurais tendance quant à moi à dire : peu importe pourvu que le résultat soit à la hauteur de ce qu'on peut espérer d'une bonne peinture.

En tout cas, peindre avec du "jus de chaussettes" pour moi, n'est en rien un gage de réussite en ce qui concerne l'aquarelle. Je ne vois là qu'une pratique peu audacieuse et timorée, et je ne souhaite pas que cela soit confondu avec de la douceur ou de la délicatesse.

Qu'est-ce qu'une bonne peinture ? cela reste un mystère et c'est cela qui est bon et beau, et vrai.





Blanche Odin